La musique arabe par Simon Jargy

La musique arabe

Titre de livre: La musique arabe

Éditeur: Presses Universitaires de France - PUF

ISBN: 2130402666

Auteur: Simon Jargy


* You need to enable Javascript in order to proceed through the registration flow.

Primary: La musique arabe.pdf - 20,547 KB/Sec

Mirror [#1]: La musique arabe.pdf - 38,306 KB/Sec

Mirror [#2]: La musique arabe.pdf - 48,481 KB/Sec

Simon Jargy avec La musique arabe

JARGY Simon (Mardin, Turquie, 1920 - Gex, Ain, 2001) Ethnomusicologue orientaliste. Né dans une zone sous occupation militaire française, rattachée à l'époque à la Syrie, le jeune homme grandit dans un environnement très marqué par le christianisme syriaque, ce qui se ressentira dans ses écrits. Il entreprend des études à l'Institut bénédictin de Jérusalem qu'il poursuit au séminaire syrien-catholique de Charfet (Liban). Inscrit à l'Institut catholique de Paris, il soutient en 1951, à l'Ecole pratique des hautes études, une thèse sur Le monachisme syrien des origines à la conquête arabe. Réorientant alors sa recherche vers l'étude de la poésie populaire chantée, il entreprend pour le CNRS, en 1954-55, puis en 1958, plusieurs missions de collectage au Liban, en Syrie et en Irak. Il en tire un article dans la revue Orient (1958), puis un ouvrage, La poésie populaire traditionnelle chantée au Proche-Orient arabe (Mouton, 1970), où sa traduction des textes vernaculaires montre sa totale maîtrise des dialectes locaux. Mais les entrées "Musique libanaise" et "Musique syrienne" qu'il rédige pour l'Encyclopédie de la musique (Fasquelle, 1958), qui se limitent à l'examen de son champ de spécialité du christianisme oriental, sont des textes réducteurs à bien des égards. En 1964, il est nommé professeur d'islamologie et des études arabes à l'université de Genève. Il organise dans cette ville, en 1970, le premier concert européen de l'Irakien Munir Bachir, future vedette de luth arabe, concert immortalisé par un disque (Emi-Pathé) dont Jargy signe le texte d'accompagnement. En 1971, La musique arabe, en « Que sais-je ? », connaît un succès considérable : 23 000 exemplaires, plus une traduction arabe (Jounieh, Liban), ce qui est un record pour ce genre de littérature.